1.5 Les oblations.

Les oblations ou offrandes faites par les fidèles à l’occasion de la célébration d’offices religieux constituent pour l’Archevêché de Malines-Bruxelles, le Vicariat du Brabant wallon et les paroisses, une source importante de financement de leurs missions pastorales ; aux prêtres et autres ayants-droit, elles procurent aussi un revenu complémentaire.

Sauf dans certains cas particuliers (comme les collectes prescrites – voir ci-dessous), les fidèles qui font une oblation ignorent – et ne se soucient d’ailleurs pas – de la destination finale de leur oblation. Ils la versent à l’Église en faisant confiance à cette dernière pour répartir les sommes reçues de la manière qu’elle juge adéquate.

1. Une variété d’oblations.

a) les oblations libres : elles sont de différents types :

  • les collectes sont constituées par les offrandes des fidèles lors des célébrations, messes dominicales ou les jours de fêtes et les services particuliers :
    1. les collectes ordinaires sont destinées à la section-AOP de la paroisse sauf les collectes pour la Fabrique d’église : celles-ci sont organisées une fois par mois (par exemple le premier dimanche du mois) ou selon une clé de répartition applicable entre Fabrique d’église et section-AOP et définie par le Comité du Temporel local ;
    2. les collectes prescrites sont organisées en moyenne une fois par mois (à l’exception de juillet et d’août) et sont destinées à soutenir une intention particulière soutenue par l’Archevêché de Malines-Bruxelles ;
    3. les collectes spéciales ou pour tiers sont organisées exceptionnellement par la paroisse (après validation par le Comité du Temporel à destination d’une personne ou œuvre particulière ;
    4. les collectes funéraires se déroulent pendant les funérailles ;
    5. les collectes de mariage sont généralement gérées par la famille des mariés qui la destinent à une œuvre ou personne de leur choix ;
  • les troncs (sauf ceux destinés à la Fabrique d’église) et les troncs des bougies d’offrande : situées devant les autels ou statues de tel ou tel saint, ces bougies constituent des obla­tions libres dans la mesure où les fidèles déposent dans le tronc le montant qu’ils souhaitent même si un prix de référence est indiqué.

b) les oblations tarifées :

  • les célébrations des mariages et des funérailles font l’objet d’une tarification unique pour l’ensemble de l’Archevêché de Malines-Bruxelles ; néanmoins, elles ne peuvent constituer un empêchement à la célébration du mariage ou des funérailles ;
  • les intentions de messe : il s’agit des sommes données à un prêtre pour demander la célé­bration d’une messe à une intention particulière ;
  • les dispositions pieuses : ce sont des montants plus importants déposés à l’Archevêché de Malines-Bruxelles ; le capital et les intérêts servent à payer la célébration de messes au moins une fois l’an à la mémoire d’un défunt ou des défunts d’une famille ;
  • les fondations publiques : les Fabriques d’église gèrent elles-mêmes les montants versés par les fidèles pour payer la célébration de messes au moins une fois l’an à la mémoire d’un défunt ou des défunts d’une famille ; dans certains cas, les fondations publiques proviennent des revenus de biens mobiliers et immobiliers qui appartiennent aux Fabriques d’église (voir chapitre 3.2 § 3e).

2. Les bénéficiaires des oblations.

a) l’Archevêché de Malines-Bruxelles :

  • l’Archevêché destine une partie importante des oblations qu’il reçoit au fonctionnement général des Vicariats (Brabant flamand, Bruxelles et Brabant wallon), au paiement des animateurs pastoraux ou animatrices pastorales et au Fonds de Solidarité des prêtres ;
  • dans le cas des collectes prescrites, l’Archevêché transfère les sommes récoltées aux différents bénéficiaires : par exemple les Jeunes Églises d’Afrique, Domus Dei, la pastorale des Vocations ou celle de la Santé, la Basilique du Sacré-Coeur etc …

b) les ministres du culte :

  • les montants des oblations versées aux ministres du culte proviennent des oblations tari­fées (célébrations des funérailles et des mariages, dispositions pieuses, fondations publiques et intentions de messes) et forment ce que l’on appelle communément le « casuel » (voir chapitre 1.3 § 3) ;
  • ces montants sont assimilés à des rémunérations imposables et doivent faire l’objet d’une déclaration fiscale (voir chapitre 2.5 § 1c).

c) les Fabriques d’église :

  • les montants reçus pour les célébrations de funérailles ou de mariages servent à payer les charges courantes : chauffage, électricité, entretien, assurances etc … ;
  • les collectes dominicales destinées à la Fabrique ainsi que la part des fondations publiques qui lui revient constituent une source de revenus qui entrent dans le budget ordinaire de la Fabrique.

d) les AOP :

  • l’ensemble des oblations qui leur reviennent permettent aux AOP de financer la pastorale et les services de la diaconie  ;
  • néanmoins, il est important de rappeler que, pour les funérailles, le montant destiné à l’AOP trouve son origine dans la pars caritatis (contribution de la solidarité) destinée à payer les funérailles des personnes déclarées indigentes par l’administration communale ; aussi, l’AOP prend à sa charge la totalité de ces frais.

e) les organistes : voir à ce sujet chapitre 3.2 § 5.

f) les tiers :

  • comme indiqué plus haut (§ 1a), il peut arriver qu’une collecte soit destinée à une personne ou à une œuvre particulière fixée par la paroisse ;
  • dans ce cas, la totalité de la somme récoltée est donnée directement à la personne au terme de la célébration ou versée par la suite sur le compte bancaire de l’oeuvre bénéfi­ciaire.

3. La gestion des oblations.

a) Pour des questions de facilité comptable, l’Archevêché de Malines-Bruxelles a confié la gestion des oblations aux ASBL-AOP, à l’exception des dispositions pieuses (qu’il gère lui-même) et des fondations publiques (prises en charge par les Fabriques d’église). Cette gestion doit s’effec­tuer à l’intérieur de la comptabilité des différentes sections-AOP pour être ensuite consolidée dans les comptes de l’ASBL-AOP région de … .

L’Archevêché entend aussi par là adopter un régime entièrement transparent notamment sous l’angle fiscal, éviter le reproche de favoriser une évasion fiscale dans le chef de certains tiers, et faciliter aux paroisses, en les transférant au niveau de l’AOP, les formalités liées à cette gestion (notamment l’établissement des fiches fiscales).

b) Le montant des oblations de même que leur répartition entre les différents ayants droit sont fixés chaque année par l’Archevêché de Malines-Bruxelles. Durant le mois de novembre, celui-ci publie différents documents utiles tant aux gestionnaires des sections-AOP qu’aux desservants et responsables des Fabriques : le tableau des oblations, leur répartition, la liste des collectes prescrites ainsi que les textes d’annonce de ces collectes. Tous ces documents sont repris sur le site web du Service du Temporel, aussi bien pour les AOP que les Fabriques d’église.

c) Le paiement des oblations entre les différents ayants-droit est assumé par la section-AOP, selon la répartition prévue par l’Archevêché de Malines-Bruxelles. La gestion de ces mouve­ments financiers (entrées et sorties) est effectuée dans une partie de la comptabilité qui lui est spécifiquement dédiée (compte-transit), ce qui permet notamment l’établissement de fiches fiscales.

Dernière mise à jour de cette page : 25/11/2021

Pour imprimer ce chapitre, cliquer sur le logo « imprimante » en bas de page, à gauche.

Pour obtenir une version de ce chapitre en format PDF, suivre les consignes expliquées ICI.